Les objectifs de ce projet étaient multiples :
– de développer notre propre prototype d’imprimante 3D alimentaire ;
– d’étudier « l’imprimabilité » de différentes matrices alimentaires ;
– de valoriser les résultats de cette recherche.
Les multiples expertises du SGL ont été mises à contribution : les scientifiques de l’ULg pour la compréhension du comportement de la matrice alimentaire, les Chefs de la Génération W pour la maîtrise du travail et de la préparation de la matrice, et enfin les makers du TRAKK avec leur expertise dans l’additive manufacturing.

Après avoir testé la fiabilité et la robustesse de différentes imprimantes 3D plastiques, un modèle en particulier a été sélectionné puis modifié pour pouvoir travailler sur des matrices alimentaires. L’imprimante a alors été soumise (avec succès) aux tests imposés par l’AFSCA, qui dès lors est qualifiée « food grade », c’est-à-dire que les aliments imprimés répondent aux exigences de l’AFSCA en terme de sécurité alimentaire.

Différentes matrices alimentaires ont été (ou sont encore) étudiées : la pâte à cookie, le fromage fondu, et surtout le chocolat dont la qualité belge est mondialement reconnue. Actuellement, un doctorat portant sur l’imprimabilité de protéines végétales est en cours ; par une approche scientifique, il vise à identifier et comprendre les paramètres physico-chimiques à l’origine de la possibilité d’imprimer avec plus ou moins de succès des protéines.

Aujourd’hui, le SGL est reconnu pour la qualité des résultats obtenus en impression 3D de chocolat.
En témoignent les nombreux articles de la presse et les retours des Chefs, chocolatiers, etc … Des projets ont également été réalisés en collaboration avec des acteurs belges en lien ou non avec le chocolat : le sapin de Noël Galler, la « wave ring » avec le bijoutier De Graef et Galler, l’award Alterface …

Grâce à notre expertise, nous sommes en mesure de réaliser des formes impossibles à réaliser autrement, notamment par les techniques classiques telles que le moulage. L’épaisseur des parois imprimées est également très fine, ce qui est un atout. Nous sommes capables d’imprimer du chocolat blanc, blond, lait et noir, en adaptant les paramètres d’impression au chocolat … et non l’inverse !

De ce succès, découle le lancement en décembre 2016 de la première startup du SGL : la MIAM Factory. Cette société à but commerciale répond à une demande que nous avions régulièrement lors de nos démonstrations : la MIAM Factory réalise pour vous des pièces 3D chocolat à votre demande.

En partenariat avec